Base de connaissance et support

Documentation

Sur la chaîne logistique

Sur les prévisions


À lire en premier

Commandes par ordre de priorité

Les commandes par ordre de priorité mettent l'accent sur les décisions qui portent sur plusieurs articles, ces derniers étant en concurrence dans la distribution du capital. En pratique, les commandes par ordre de priorité offrent une maîtrise bien plus fine de la performance du stock, qui, dès lors, s'améliore fortement.

Moteurs d'activité

Dans l'optimisation logistique, les moteurs d'activité représentent un ensemble de facteurs qui définissent les conséquences positives et négatives d'une décision, qui implique généralement la commande d'unités supplémentaires de marchandises ou le déplacement d'unités d'un endroit à un autre.

À lire en premier

Backtesting

La notion de backtesting renvoie au processus consistant à évaluer la précision d'une méthode de prévision en utilisant les données historiques existantes. L'article explique ce processus et les écueils à éviter.
  • Prévisions probabilistes

    Une prévision probabiliste représente une estimation des probabilités qu'une variable donnée prenne certaines valeurs dans le futur. À l'inverse des prévisions à valeur unique, comme les prévisions de séries temporelles médianes ou les prévisions quantiles, une prévision de probabilité représente une fonction de densité de probabilité.


    • Analyse ABC

      L’analyse ABC est une méthode de catégorisation des stocks consistant à diviser les items en trois catégories, des items les plus importants aux moins importants. Ceci permet d'offrir aux items un traitement pondéré afin de mieux optimiser le stock.
    • Commandes par ordre de priorité

      Les commandes par ordre de priorité mettent l'accent sur les décisions qui portent sur plusieurs articles, ces derniers étant en concurrence dans la distribution du capital. En pratique, les commandes par ordre de priorité offrent une maîtrise bien plus fine de la performance du stock, qui, dès lors, s'améliore fortement.
    • Contrôle du stock

      Définitions et observations. Le contrôle du stock couvre divers aspects, incluant la gestion du stock (faire le suivi à la fois de la quantité et de l'emplacement des items), mais aussi l'optimisation des stocks ( coûts de stockage, coûts de la rupture, ...).
    • Convolution itérée

      Opération mathématique relativement avancée, la convolution itérée permet d’effectuer des ajustements numériques de style linéaire sur des prévisions probabilistes. La convolution itérée peut être vue comme l’équivalent probabiliste des ajustements linéaires effectués sur des prévisions classiques.
    • Coûts de stocks

      Les coûts de stocks sont les coûts liés au fait de stocker et d'entretenir du stock sur une certaine durée (coûts de commande, coûts de stockage, incluant coûts du capital, coûts de l'espace de stockage, etc.) Cet article catégorise, définit et offre une estimation de ces coûts.
    • Cycle de vie d'un produit

      Le cycle de vie représente les diverses étapes du marché - le développement, l’introduction, la croissance, la maturité et le déclin – par lesquelles passe la grande majorité des biens de consommation. Du point de vue de la gestion des stocks, c'est l'un des comportements majeurs de la demande à prendre en compte, de pair avec la saisonnalité ou la tendance.
    • Délai de réapprovisionnement

      Le délai de réapprovisionnement est la durée entre le passage d’une commande et la disponibilité renouvellée des marchandises, après réception de la commande. Il a un impact direct sur le stock et est un facteur clé de la prévision. Cependant, il est à noter que le délai de réapprovisionnement requis par notre moteur de prévision a une définition légérement différente.
    • Demande outil

      La demande outil est la demande totale entre le moment présent et la date de livraison anticipée, si une commande en souffrance est passée pour réapprovisionner les stocks. Son estimation précise est essentielle pour obtenir le niveau minimal de stock nécessaire pour atteindre des objectifs de taux de service spécifiques.
    • Envoi de conteneurs

      L'envoi de conteneurs est une contrainte logistique spécifique, souvent associée à l'importation. Cette contrainte doit être prise en compte tout en conservant les prévisions de la demande établies séparément.
    • Fonction de récompense associée au stock

      La fonction de récompense associée au stock quantifie les résultats, positifs et négatifs, qu'il est possible d'attendre du stockage d'un certain nombre d'unités d'un produit. Fondamentalement, cette fonction répond à la question suivante : que gagnons-nous à stocker une unité supplémentaire ?
    • Gestion multicanale des commandes

      Les solutions de gestion de commandes via plusieurs canaux (Multichannel Order Management solutions : MOM) sont des logiciels B2B destinés principalement aux entreprises de commerce en ligne. Les MOM répondent à deux besoins majeurs : tout d'abord, rassembler les commandes reçues via différents canaux sur un seul stock physique puis, lorsque les prix évoluent, transmettre l'information à tous les canaux
    • Gestion Min-Max

      Le modèle de gestion des stocks basé sur les valeurs Min et Max est un des mécanismes de réapprovisionnement de base, mis en œuvre dans plusieurs ERP et logiciels dédiés à cette problématique. La valeur Min représente le point de commande, tandis que la valeur Max représente la quantité ciblée.
    • Impact financier de la précision sur les stocks

      Il est évidemment toujours bon d'avoir des prévisions de la demande plus précises. Cependant, l’évaluation quantitative des gains financiers générés reste généralement une zone floue pour la plupart des distributeurs et fabricants. Cet article détaille la façon de calculer les bénéfices générés par des prévisions améliorées.
    • Indice continu de probabilité (CRPS)

      Les prévisions probabilistes attribuent une probabilité à chaque futur possible. Cependant, toutes les prévisions probabilistes ne se valent pas et il est utile d’être en mesure d’évaluer leur exactitude respective. Le CRPS est une des mesures d’exactitude les plus largement utilisées dans le domaine des prévisions probabilistes.
    • Méthode de gestion des stocks FIFO

      La méthode de gestion des stocks FIFO (premier entré, premier sorti) consiste à vendre en premier les marchandises achetées également en premier. Elle peut être considérée comme une modélisation des flux de marchandises réels. Elle est également appliquée dans le domaine logistique pour éviter les problèmes de péremption ou d’obsolescence qui surviennent lorsque les produits sont stockés trop longtemps.
    • Moteurs d'activité

      Dans l'optimisation logistique, les moteurs d'activité représentent un ensemble de facteurs qui définissent les conséquences positives et négatives d'une décision, qui implique généralement la commande d'unités supplémentaires de marchandises ou le déplacement d'unités d'un endroit à un autre.
    • Point de commande

      Le point de commande (également appelé point de réapprovisionnement, ROP, niveau de réapprovisionnement, ...) est un seuil qui permet d'identifier le besoin de réapprovisionnement pour un item donné. Classiquement, il est perçu comme étant la somme de la demande outil et du stock de sécurité. Plus fondamentalement, c'est une prévision quantile de la demande future.
    • Précision des stocks

      La notion de précision des stocks renvoie à l'ensemble des décalages existant entre les stocks électroniques et l’état physique des stocks. Cet article fournit un moyen simple de la mesurer avec la MAE, et décrit l'étendue du problème dans le secteur de la distribution.
    • Prévisions probabilistes

      Une prévision probabiliste représente une estimation des probabilités qu'une variable donnée prenne certaines valeurs dans le futur. À l'inverse des prévisions à valeur unique, comme les prévisions de séries temporelles médianes ou les prévisions quantiles, une prévision de probabilité représente une fonction de densité de probabilité.
    • Quantité économique de commande (EOQ)

      L'EOQ est la quantité commandée au fournisseur pour permettre le réapprovisionnement tout en minimisant le coût total du stock. Le problème tient au fait d'utiliser la bonne formule d'EOQ, puisque la formule classique de Wilson est peu adaptée aux chaînes logistiques modernes.
    • Quantités minimales de commande

      Une contrainte de quantités minimales de commande existe lorsqu'un fournisseur n'accepte les commandes qu'à partir d'une certaine quantité commandée, exprimée en unités ou en euros. Le problème des quantités minimales de commande consiste à calculer la commande d'achat optimisée qui respecte les contraintes de quantités tout en maximisant les résultats économiques des unités achetées.
    • Réapprovisionnement

      Le réapprovisionnement des stocks est une opération consistant à reconstituer le stock afin d’éviter les ruptures de stock. Le réapprovisionnement est généralement initié par une commande en souffrance transmise à un fournisseur ou fabricant, éventuellement envoyée via EDI.
    • Rotation des stocks

      La rotation des stocks est le nombre de fois où l'on doit remplacer le stock au cours d'une période donnée - en général un an. Elle reflète l’efficacité globale de la chaîne logistique. Cet article fournit une définition de cette notion, ainsi que des formules et diverses observations.
    • Stock de sécurité

      Ce guide, adressé aux distributeurs et aux fabricants, explique comment optimiser ses niveaux de stock en ajustant les stocks de sécurité à leur niveau optimal. La théorie est illustrée avec Microsoft Excel. Les développeurs logiciels qui souhaiteraient reproduire la théorie dans leur propre application trouveront ici les informations nécessaires.
    • Stock fantôme

      Le terme de "stock fantôme" renvoie à des marchandises qui apparaissent dans le logiciel de gestion des stocks comme étant disponibles dans leur lieu de stockage, alors qu'elles sont manquantes dans la réalité. Cet article décrit les origines du problème et leur impact sur la disponibilité des stocks.
    • Stock perpétuel

      Le stock perpétuel fait référence à un système, un logiciel en réalité, dans lequel toutes les données sur la quantité et la disponibilité du stock de SKU sont mises à jour continuellement à partir des enregistrements des transactions commerciales. Le but du stock perpétuel est d'avoir en permanence une estimation précise des niveaux de stock réels, en faisant le moins d'inventaires possibles.
    • Taux de couverture

      Le taux de couverture représente la part de la demande client à laquelle l'entreprise répond grâce une disponibilité immédiate du stock, sans commande en souffrance ni ventes perdues. Le taux de couverture est très attractif pour les professionnels car il représente la part de la demande qui pourrait être récupérée ou mieux traitée si les performances du stock étaient améliorées.
    • Taux de service

      Le taux de service est un pourcentage qui représente la probabilité attendue de ne pas atteindre la rupture de stock. Il représente un compromis entre le coût du stock et celui des ruptures de stock. Dans cet article, nous détaillons les rendements décroissants qui s'appliquent lorsque le taux de service augmente.
    • Unité de gestion des stocks (SKU)

      Dans le domaine de la gestion de stocks, le terme SKU renvoie à un item spécifique, stocké à un endroit spécifique. La SKU se veut le niveau le plus désagrégé qui soit lorsque l'on traite de stock. Cet article fournit une définition ainsi que des observations sur les notions de SKU et de stock disponible.
    • Backtesting

      La notion de backtesting renvoie au processus consistant à évaluer la précision d'une méthode de prévision en utilisant les données historiques existantes. Cet article explique en quoi consiste le procédé, et les erreurs à éviter.
    • Fonction de perte pinball

      Cet article fournit la définition et la formule de la fonction de perte pinball. Cette fonction est un moyen d'évaluer la précision d'un modèle de prévision quantile, qui ne peut être évalué avec les mêmes critères que les prévisions classiques.
    • Méthodes de prévision

      Ce guide explique les méthodes élémentaires de prévisions pour anticiper la demande client pouvant être mises en œuvre dans une feuille Microsoft Excel. Les développeurs logiciels souhaitant reproduire la théorie dans leur propre application trouveront ici les informations nécessaires.
    • Obfuscation

      Les données historiques (en l'occurrence les séries temporelles) peuvent être très confidentielles. Il est possible d'utiliser des méthodes d'obfuscation pour les protéger. Cet article décrit à quel point il peut être facile d'obfusquer des séries temporelles.
    • Précision des prévisions

      La précision, lorsqu'elle est calculée, fournit une estimation quantitative de la qualité attendue des prévisions. Cet article définit les différents critères utilisés pour évaluer cette précisions et offre quelques avertissements contre les idées fausses qui ont cours dans le domaine.
    • Régression quantile

      Les quantiles sont particulièrement utiles pour l’optimisation des stocks comme méthode directe pour calculer le point de commande. La régression quantile introduit volontairement un biais dans le résultat. Au lieu de rechercher la moyenne de la variable à prévoir, elle cherche la médiane, ainsi que tous les autres quantiles (percentiles).
    • Saisonnalité

      La saisonnalité est l'un des comportements statistiques les plus fréquemment utilisés pour améliorer la précision des prévisions de la demande. Elle renvoie au fait que les ventes (et les séries temporelles sous-jacentes) subissent une variation cyclique prévisible dépendant de la période de l'année.
    • Séries temporelles

      Une série temporelle est une liste de dates, dont chacune est associée à une valeur. Les séries temporelles sont une manière structurée de représenter des données. Dans la distribution ou la fabrication, elles sont importantes parce que ce sont les représentations les plus canoniques des flux de marchandises vendues ou produites.
    • Surapprentissage (en anglais)

      Voici un lien vers l'un de nos articles de blog, accompagné d'une vidéo sur le surapprentissage. Il aborde un problème ayant un impact fort sur les prévisions, et qui déroute les mathématiciens depuis le 19ème siècle. A la base, la notion de suraprentissage renvoie à une erreur de modélisation qui a lieu lorsqu'un modèle statistique reproduit trop fidèlement un ensemble limité de données.

    Sur la tarification


    • Alignement des prix

      La politique d'alignement consiste à fixer ses prix au même niveau de ceux d'un concurrent. Cette méthode repose sur le fait que le concurrent a déjà analysé en détail ses prix. Sur tous les marchés, de nombreuses entreprises vendent des produits identiques ou très similaires et, d'après l'économie classique, le prix de ces produits devrait, en théorie, déjà atteindre un équilibre (au moins local).
    • Coûts plus marge

      La tarification coûts-plus-marge consiste à établir ses prix en fonction du coût de production et du niveau de marge souhaité. Cette méthode permet aux entreprises de sécuriser leurs marges, tout en étant facile à calculer sur un grand nombre de produits. Cette méthode est largement utilisée, pour certains produits, par les distributeurs.
    • Écrémage

      La politique d’écrémage peut être considérée comme une forme de discrimination tarifaire : à la sortie d'un nouveau produit, son prix est fixé à un niveau très élevé afin de maximiser les bénéfices en le vendant à des clients de la première heure. Le prix diminue lentement par la suite pour continuer à maximiser les bénéfices en touchant d'autres types de clients.
    • Élasticité de la demande

      Pour la micro-économie moderne, l'élasticité des prix mesure la corrélation entre variation de la demande et variation des prix. Si le marché est élastique, un petit changement de prix a d'importantes conséquences sur le volume des ventes. Au contraire, si le marché est rigide, un gros changement de prix entraîne peu de modifications du volume des ventes.
    • Esthétique des prix dans la distribution

      L'aspect visuel des prix est essentiel dans le secteur de la distribution. Un affichage des prix bien pensé peut avoir des conséquences significatives sur la demande et donc sur les bénéfices. Pour maximiser ces derniers, le prix doit être affiché en petit, en bas à gauche de l'étiquette, dans les magasins.
    • Logiciel de réajustment des prix

      Dans le commerce, un logiciel de réajustement des prix - ou repricer - est une solution qui recalcule automatiquement les prix de tous les items vendus, en fonction de l'évolution des conditions du marché. Ce genre de logiciels s'appuie généralement sur des outils de veilles concurrentielle qui collectent les prix des concurrents.
    • Offres groupées

      En proposant des offres groupées, les vendeurs réduisent les variations de du consentement à payer des clients et augmentent leurs bénéfices en proposant des lots de produits au lieu de vendre ces derniers séparément. De plus, les vendeurs définissent leurs offres groupées de manière à répondre à un besoin précis de leurs clients.
    • Prix de contrats de maintenance à long terme

      Lorsqu'une entreprise met en service une installation industrielle coûteuse, le risque financier lié à la maintenance peut être transféré au fournisseur à travers un contrat de maintenance à long terme. Afin de garantir in contrat rentable pour le fournisseur, une évaluation précise des coûts d'entretien est indispensable.
    • Prix de pénétration

      L'utilisation de prix de pénétration est une tarification très agressive. Cette méthode consiste à fixer des prix très bas (parfois même avec une marge négative) dans le but de stimuler la demande. Ensuite, l'entreprise augmente ses prix, en espérant conserver le même niveau de demande.
    • Prix magiques

      La détermination de prix magiques est une méthode de tarification qui vise à maximiser les bénéfices en effectuant de petits ajustements sur la structure des prix. Cette méthode repose sur l'hypothèse que les consommateurs n'aiment pas faire des calculs et lisent donc uniquement les premiers chiffres d'un prix au moment de leurs achats.
    • Stratégies de tarification à long terme

      Les prix représentent un compromis entre des stratégies à court et à long terme, la rentabilité et les parts de marché ainsi que le niveau de trésorerie. Par conséquent, une entreprise fixe ses prix dans le but de remplir ses différents objectifs, tels que rentabilité, trésorerie et croissance.
    • Tarification avec leurre

      La tarification avec leurre est une méthode de détermination des prix qui vise à « forcer » le choix des consommateurs. Lorsque ces derniers font un achat, ils doivent souvent choisir entre des produits dont les prix et attributs sont différents.