Calendrier d’un projet classique de logistique quantitative

Calendrier d’un projet classique de logistique quantitative










Accueil » Ressources » Ici

La logistique quantitative est une démarche plus qu’une fin en soi. Pourtant, un responsable logistique qui lance une initiative de logistique quantitative a besoin d’en connaître le calendrier. Même si des résultats positifs peuvent être observés en quelques mois, il faut en général deux ans pour que la logistique quantitative porte réellement ses fruits. Dans le présent article, nous présentons le calendrier typique d’une initiative de logistique quantitative au sein d’une entreprise moyenne. Pour les grandes entreprises, les projets prennent deux fois plus de temps.

Image


Lorsqu’une initiative de logistique quantitative est effectuée avec Lokad, un de nos ingénieurs de données logistiques ss’en charge à distance. Dans ce cas, la préparation des données est effectuée directement sur la « plate-forme logicielle de Lokad ». C’est le point de vue adopté ci-dessous. Les deux parties citées sont Lokad et le client.

Lancement du projet

Les représentants des deux parties (Lokad et son client) se présentent et planifient des réunions hebdomadaires. Ces dernières auront lieu jusqu’à ce que la phase de production soit atteinte. L’ingénieur des données logistiques présente les différentes phases de mise en œuvre et les livrables que le client recevra. Le reste de l’appel consiste à passer en revue divers détails logistiques et caractéristiques informatiques de l’intégration. Après cet appel, un résumé des aspects organisationnels du projet est rédigé et transmis au client.

Spécification des données

Rapidement après la réunion de lancement, l’ingénieur des données logistiques rédige les spécifications des données nécessaires à la mise en œuvre du projet. Ces spécifications sont vérifiées et validées avec le client. Ce document doit notamment définir les données à extraire des systèmes informatiques du client. D’une manière générale, l’extraction doit rester aussi proche que possible des données d’origine présentes dans ces derniers.

Premier chargement de données

Une fois les spécifications validées, le premier ensemble de données est chargé sur les serveurs de Lokad par le client. Généralement, à ce stade, le chargement n’est pas encore automatisé, car plusieurs tentatives sont nécessaires pour obtenir un consensus sur les détails des spécifications.

Validation des données

L’ingénieur des données logistiques analyse en profondeur le contenu des données du client. Des contrôles d’intégrité sont notamment mis en place pour surveiller la qualité des données en fonction de plusieurs indicateurs. L’objectif est de vérifier que 1) l’ensemble de données est correctement rafraîchi par le processus de chargement, 2) l’ensemble de données reflète correctement l’activité de l’entreprise et 3) l’ensemble de données est cohérent et assez complet pour les besoins de l’optimisation logistique.

Pendant cette phase, l’ingénieur des données logistiques fournit au client divers tableaux de bord qui évaluent la qualité des données. Ces tableaux de bord peuvent être utilisés par le client au-delà de l’initiative de logistique quantitative elle-même — dans leur processus d’assurance qualité interne par exemple.

Audit à mi-projet

Six semaines après le lancement, une réunion est organisée pour estimer l’avancement du projet. Cet audit a pour objectif de résoudre aussi tôt que possible les problèmes qui peuvent être rencontrés pendant la mise en œuvre, notamment ceux qui pourraient retarder la phase de production. Il consiste en un échange entre Lokad et le client autour d’une liste de points à vérifier communiquée au client à l’avance par l’ingénieur des données logistiques, juste après la réunion de lancement.

Automatisation des chargements

Une fois que les deux parties ont validé la qualité globale de l’ensemble de données chargé précédemment, le client met en œuvre un processus automatisé qui transfert ses données vers Lokad régulièrement — chaque jour idéalement. En parallèle, du côté de Lokad, la logique du contrôle d’intégrité avec ses multiples vérifications est prévue pour être exécutée après chaque chargement.

Mise en place de l’optimisation

Dès cette étape, l’ingénieur des données logistiques dispose de tous les ingrédients pour mettre en œuvre l’optimisation des décisions visée par le client. Des scripts sont donc implémentés par Lokad pour générer plusieurs résultats quantitatifs : suggestions d’achat opérationnelles, d’expéditions, etc. Les chiffres produits par ces scripts peuvent être visualisés sous forme de tableaux de bord. Dès lors, ces derniers ne représentent qu’une version préliminaire des tableaux de bord finaux et doivent être revus avec le client.

Commentaires et ajustements

Les demandes de modification des différents résultats formulées par le client entraînent généralement l’ajustement des scripts rédigés par l’ingénieur des données logistiques. De nombreux paramètres et méthodes sont disponibles pour mettre en cohérence les caractéristiques de la chaîne logistique à optimiser et la logique d’optimisation. Lorsque la méthodologie a une importance stratégique pour le client, le sujet est directement discuté par le client et l’ingénieur des données logistiques.

Production

Après plusieurs itérations d’ajustement et de révisions, le client atteint un stade où il fait confiance à la logique mise en œuvre par l’ingénieur des données logistiques. À ce moment-là, le client peut mettre le service en production et exécuter directement les décisions logistiques générées par Lokad. Lorsque le client valide le fait que la solution est prête pour être mise en production, l’ingénieur des données logistiques livre une documentation qui garantit la maintenabilité de la solution.

Support et maintenance

La solution est opérationnelle, utilisée par le client et l’ingénieur des données logistiques veille au bon fonctionnement des échanges de données. Des appels sont organisés régulièrement entre le client et l’ingénieur des données logistiques pour vérifier que l’optimisation correspond aux attentes du client en matière de performance logistique. De plus, les chaînes logistiques ne sont pas statiques : l’activité ou les outils informatiques évoluent, de façon plus ou moins importante, et ces changements doivent être examinés (nouvel entrepôt, décalage du marché, nouveau processus, etc.). L’ingénieur des données logistiques suggère les modifications appropriées aux diverses évolutions. Ces appels sont prévus à une fréquence définie au préalable, mensuellement par exemple.