Definition des SKU (unité de gestion des stocks)

Définition d'une unité de gestion des stocks (SKU)


Accueil » Documentation » Ici
Par Joannès Vermorel, août 2013

Dans le domaine de la gestion de stocks, une unité de gestion des stocks ou SKU (de l'anglais Stock Keeping Unit) renvoie à un item spécifique, stocké à un endroit spécifique. La SKU se veut le niveau le plus désagrégé qui soit lorsque l'on traite de stock. Toutes les pièces stockées dans la même SKU sont supposées être indistinguables. Introduire la notion de SKU simplifie la plupart des opérations de contrôle de stock. Les SKUs sont également parfois utilisées pour faire référence à des items intangibles, tels que les garanties ; dans cet article nous ne traitons que des SKUs ayant une contrepartie tangible.

SKUs versus produits

A la différence d'un produit, une SKU est liée à un emplacement spécifique. Par exemple, pour un produit donné (ex: un livre identifié par son code barre ISBN), un réseau de distribution peut avoir autant de SKUs qu'il y a d'endroits où le produit peut être stocké ; typiquement un SKU par point de vente et par entrepôt.

Il est également possible d'avoir de multiples SKUs pour le même item au sein d'un même point de vente. Même si la majorité des items sont stockés au même endroit au sein du point de vente, certains items peuvent être vendus à différents emplacements, générant ainsi des SKUs supplémentaires.

Par ailleurs, un produit peut avoir de nombreuses variantes basées sur des attributs tels que la taille, la couleur ou le conditionnement. Ainsi, même lorsque l'on ne considère qu'un seul emplacement, un unique produit peut être associé à de multiples SKUs.

Les SKUs sont importants parce qu'ils représentent le niveau de granularité le plus fin, et par conséquent le niveau le plus souhaitable pour l'optimisation des stocks.

Les stocks disponibles

Chaque SKU est associée à son stock disponible, qui représente le nombre d'unités directement disponibles pour la consommation (ou la sélection) à l'emplacement de la SKU. Le stock en commande représente le quantité de stock en transit qui est déjà censée venir réapprovisionner la SKU dans le futur.

La façon dont la vaste majorité des produits vendus aujourd'hui sont emballés fait que le stock disponible se trouve exprimé en valeurs strictement entières. Cependant, sur des segments plus traditionnels tels que les fruits et légumes, les ventes se font encore fréquemment au poids.

Etant donné que les pièces associées à une SKU sont supposées être indistinguables, à quelque moment que ce soit, l'état d'une SKU est défini par la valeur de son stock disponible. Toutefois, en pratique, le stock disponible n'est pas rendu par des mesures directes, du moins pas systématiquement. En effet, seuls les mouvements de stock sont pris en compte, et la mesure du stock disponible est généralement inférée depuis l'historique de ces mouvements.

Le processus d' inventaire consiste à effectuer des mesures directes du stock, c'est-à-dire à compter les stocks disponibles des SKUs. Cependant, ce processus est censé être une mesure de correction permettant d'améliorer la précision des stocks ; il n'est effectué que de manière relativement peu fréquente du fait des coûts importants de main d'oeuvre qu'il implique.

L'approche de Lokad

La plupart des méthodes classiques d'optimisation des stocks gèrent de façon médiocre les demandes intermittentes et les faibles volumes de ventes. Cependant, puisque les SKUs représentent le niveau de stock le plus désagrégé, elles sont généralement fortement impactées par ces faibles volumes. Par conséquent, ces méthodse tendent à passer de l'analyse de stock au niveau SKU à l'analyse au niveau produit, parce que la demande agrégée au niveau produit est plus forte. Dans le même ordre d'idées, certains font appel à une approche descendante où la demande est analysée avant de diviser les résultats sur l'ensemble de la hiérarchie pour atténuer la limitation des méthodes classiques sur une demande intermittente.

Toutefois, nous recommandons fortement de ne pas utiliser de telles méthodes. En effet, elles introduisent généralement des erreurs significatives lorsque les résultats sont désagrégés et ramenés au niveau SKU. Les méthodes modernes telles que les prévisions quantiles sont adaptées pour gérer mêmes les faibles niveaux de demande observés au niveau SKU et doivent leur être préférées.