Mesure du délai de réapprovisionnement pour les prévisions de stock

Mesure du délai de réapprovisionnement












Accueil » Ressources » Ici

Le délai d'approvisionnement est une variable essentielle à la détermination du stock nécessaire pour couvrir la demande future. Une mesure correcte de ce délai est nécessaire, quelle que soit la technologie de prévision utilisée. Le délai d'approvisionnement nécessaire à l'optimisation du stock comprend quelques subtilités. Dans cette page, nous illustrons la façon dont ce délai doit être mesuré en pratique.

Pour en savoir plus, consultez également la définition du délai d'approvisionnement et les prévisions du délai d'approvisionnement.

Les délais d'approvisionnement se calculent le mieux à partir de vos commandes d'achat passées, en analysant le temps écoulé entre les commandes et les livraisons. Nous vous suggérons notamment de ne pas faire confiance aux délais d'approvisionnement "officiels" indiqués par les fournisseurs, car ces derniers font souvent mieux ou moins bien que ces valeurs. Si votre entreprise utilise une application compatible avec Lokad, alors nous calculons automatiquement les délais d'approvisionnement à partir de votre historique de données.



Délai d'approvisionnement et horizon de prévision

Le terme « délai » peut désigner différents concepts : délai de fabrication, de transport, de commande, etc. Lors de l'optimisation d'une décision logistique, ceux-ci doivent être pris en compte dans le concept global de délai d'approvisionnement. Ce dernier correspond à « l'horizon de prévision », qui est une des données d'entrée du moteur de prévisions de la demande.

Les méthodes de prévision classiques ont tendance à compliquer le problème à cause de leurs propres limites. Les prévisions hebdomadaires ou mensuelles sont souvent préférées aux prévisions quotidiennes, jugées trop irrégulières. Cependant, il n'existe alors plus de moyen formel d'ajustement de la demande prévue à l'horizon visé.

Le moteur développé par Lokad résout ce problème en demandant l'horizon, exprimé en jours, dans les données d'entrée de ses prévisions de la demande. Il est de plus capable de traiter un horizon « incertain » représenté par une distribution de probabilités.

Attention : les accords auprès des fournisseurs incluent fréquemment des délais de réapprovisionnement exprimés en jours ouvrés. Par conséquent, ces valeurs doivent être recalculées pour être converties en jours calendaires.

Couvrir le futur à partir du « présent »

Une prévision de la demande commence généralement dans le présent et avance jusqu'à couvrir entièrement l'horizon visé. Dans la pratique, le « présent » ne correspond pas toujours exactement à la date du jour, mais plutôt à la fin de l'historique des données. Ce dernier étant souvent récupéré par lots, une légère divergence peut apparaitre. Le moteur de prévisions de Lokad demande donc à recevoir la variable present en entrée, car il n'est pas toujours possible de faire la différence entre une demande nulle et des données de vente tronquées sur les dernières heures de contenues dans le lot.

Image


Dans le schéma ci-dessus, on observe un délai de réapprovisionnement qui équivaut à 4 jours, qui correspondent à l'horizon des prévisions. Cela signifie que si Lokad calcule un point de commande avec ce délai, et, pour l'exemple, un taux de service de 95%, alors le point de commande correspondra à la valeur de stock minimum - telle qu'elle aura été prédite par Lokad - suffisante pour couvrir la fluctuation de la demande future, de telle sorte que 95% du temps, le point de commande soit supérieur à la demande (évitant ainsi les ruptures de stock).

Nous verrons par la suite que les prévisions probabilistes sont plus performantes que les points de commande. En attendant, par souci de simplicité, nous adoptons le point de vue de ces derniers.

Les délais à la commande

L'horizon, tel que présenté ci-dessus , doit inclure tous les facteurs qui retardent le réapprovisionnement effectif. En particulier, il existe presque toujours un délai à la commande. En effet, les commandes (c'est-à-dire les ordres passés aux fournisseurs) ne sont généralement pas faites en temps réel au moment ou les unités SKU sont vendues ou consommées. Par exemple, certaines SKU ne peuvent être commandées qu'une seule fois par semaine.

Image


Dans le schéma ci-dessus, nous faisons l'hypothèse que les commandes se font tous les 3 jours, et que le délai de réapprovisionnement du fournisseur est de 4 jours. Dans cette situation, il est tentant, mais totalement incorrect, de fixer la valeur de l'horizon à 4 jours. En effet, ce délai ne prendrait pas en compte les 3 jours de délai nécessaires avant la prochaine commande. Si un horizon de 4 jours est utilisé, les points de commande ne couvriront pas correctement les jours 5, 6 et 7.

Dans cet exemple, la valeur de l'horizon à prendre en compte est de 4+3 = 7 days. Par conséquent, en partant du Jour Zéro, le stock doit tenir, non pas jusqu'à la fin du Jour 4 lorsque la première livraison est réceptionnée, mais jusqu'à la fin du Jour 7 lorsque la seconde livraison est réceptionnée. En effet, la commande B n'a pas d'impact avant la fin du Jour 7. Quelle que soit la quantité commandée au Jour Zero, elle doit être suffisante pour couvrir les fluctuations de la demande jusqu'à la fin du Jour 7. A partir du jour 7 et au-delà, c'est la commande B qui prend effet.

Faire deux fois des prévisions pour le même jour

En observant le schéma ci-dessous, il peut sembler surprenant de voir qu'un même jour entre en ligne de compte dans deux prévisions. En effet, les Jours 4 et 7 font partie de la première prévision de la demande commençant au Jour Zéro, mais ils font aussi partie de la seconde prévision de la demande commençant à la fin du Jour 3.

Image


Il s'agit cependant du fonctionnement attendu. La prévision de la demande est transformée en point de commande. Toutefois, la quantité à commander elle-même correspond au point de commande, auquel on soustrait le stock restant et le stock en cours de commande. Par conséquent, un même jour peut faire l'objet de deux prévisions en étant pris en compte dans le calcul du point de commande ; notons néanmoins qu'un même jour ne sera pas compté deux fois pour ce qui concerne les quantités à commander.

Quelques exemples pratiques

Dans cette section, nous passons en revue quelques cas classiques afin de clarifier davantage la façon dont l'horizon doit être calculé lorsque des délais plus complexes entrent en jeu.

Livraison à J+1 en prenant en compte les jours ouvrés

Imaginons un point de vente tel que :
  • Le point de vente est ouvert tous les jours, à l'exception du dimanche.
  • Le point de vente reçoit des livraisons tous les jours, à l'exception du dimanche.
  • Les commandes du point de vente sont passées tous les jours avant 10h00, et les livraisons se font le lendemain. Les commandes passées le samedi sont livrées le lundi.
  • Les données sont envoyées à Lokad tous les jours à 05h00. Les données de vente s'interrrompent à minuit le jour précédent.

Dans ce cas, l'horizon équivaut dans le cas général à 2 jours, à l'exception du Samedi où le délai de réapprovisionnement équivaut à 3 jours.

Livraison à J+2 en prenant en compte les jours semi-ouvrés

Imaginons qu'un point de vente tel que :
  • Le point de vente est ouvert tous les jours (dimanche inclus).
  • Le point de vente reçoit des livraisons tous les jours, à l'exception du dimanche.
  • Les commandes du point de vente sont passées tous les jours avant 10h00, et les livraisons se font le surlendemain. Les commandes passées le vendredi sont livrées le lundi, et les commandes passées le samedi sont livrées le mardi.
  • Les données sont envoyées à Lokad tous les jours à 05h00. Les données de vente s'interrrompent à minuit le jour précédent.

Dans ce cas, du lundi au jeudi, l'horizon équivaut à 3 jours : un jour de délai à la commande et deux jours de délai de réapprovisionnement fournisseur. Le vendredi et le samedi, l'horizon passe à 4 jours. Ces deux jours et le dimanche, jour sans livraison, doivent être pris en compte en matière d'approvisionnement. Notamment, les décisisions prises le vendredi matin doivent permettre au stock de tenir jusqu'au mardi en fin de journée, car les commandes passées le samedi n'ont pas d'impact avec le mardi.